Suzanne Cardineau

Suzanne Cardineau née le 11 juin 1916 à Nantes, membre du réseau Alliance fondé par Loustanau-Lacau, Léon Faye et Marie-Madeleine Fourcade. Elle a été arrêtée avec trois de ses camarades de réseau : Auguste Blandin, Martial Poupeau et Henri Ichon.

Ils arrivent tous à la même date, le 29 avril 1944, au camp de Schirmeck. 120 membres du réseau Alliance sont arrivés dans ce camp entre mars et juin 1944.

(1) Lorsqu’à la fin de 1942, les autorités allemandes se rendent compte que de nombreuses affaires d’espionnage se relient entre elles et touchent le réseau Alliance, elles décident de spécialiser, pour traiter ces cas, deux de leurs services : le service de contre-espionnage de Dijon et celui de Strasbourg. Le premier est plus spécifiquement chargé des enquêtes et le second de la confection du dossier judiciaire.

Ce choix explique le parcours particulier de ces résistants. Arrêtés en zone occupée, les membres du réseau Alliance sont dirigés vers Strasbourg et la zone annexée. Si leurs camarades partis de Paris en décembre 1943 et janvier 1944 sont dirigés vers les prisons du pays de Bade, cette fois, peut-être, par manque de place, les Allemands transfèrent ces derniers groupes dans un camp proche de Schirmeck.

Effectif recensé des membres du réseau Alliance arrivés à Schirmeck entre mars et  juin 1944 :104 hommes et 16 femmes.

Total 120  
Décédés ou disparus en déportations 111 92,5%
Rentrés de déportation 9 7,5%

Les dix premiers arrivent au mois de mars, les autres entrent au camp de Schirmeck en trois transports, le premier, vraisemblablement le 29 avril, amène 37 membres des secteurs d’Autun et de La Rochelle, le second, en mai, comprend 61 hommes arrêtés à Paris, dans le Nord et la Bretagne. Le dernier, fin juin, est composé d’au moins 10 membres du secteur Méditerranéen. Par ailleurs, l’abbé Joseph Roth, du secteur de l’Est, n’arrive à Schirmeck qu’en septembre, avant d’être transféré à Gaggenau et y être fusillé le 25 novembre. Enfin on ne sait pas à quelle date est entré Joseph Boehler fusillé au camp le 5 septembre 1944.

Tous les membres du réseau Alliance sont affectés au block 10, celui des « terroristes » ou enfermés au bunker (le cachot). Les femmes, quant à elles, se trouvent au « garage », bâtiment qui servait à l’origine de remise pour les voitures. Ils sont tous gardés au secret et ne peuvent sortir des baraques.

Le commandant d’active Christian de la Motte-Rouge, agent principal du secteur de la Rochelle, meurt d’épuisement au bunker de Schirmeck le 22 avril 1944. Il faisait probablement partie des dix premiers arrivés.

Le 25 avril 1944, 10 hommes sont transférés à la prison de Wolfach et, après un passage à la prison de Strasbourg, arrivent à Dachau le 21 décembre 1944.

Le premier septembre, au soir, une camionnette emmène jusqu’à l’aube, par groupe de 12, 106 détenus du réseau au camp de Natzweiler. Parmi eux, Suzanne Cardineau et ses camarades Henri Ichon, Martial Poupeau et Auguste Blandin Tous sont exécutés d’une balle dans la nuque et leurs cadavres brûlés ensuite au four crématoire.

Les registres du camp de Natzweiler portent, pour tous, la même annotation : décédés le 2 septembre 1944.

Un boulevard de la Ville des Sables d’Olonne porte le nom de Suzanne Cardineau

(1)Source principale : Livre Mémorial des Déportés de France