Gaston d’Hostel

Gaston d’Hostel est né le 2 août 1885 à Alençon. Il est arrêté le 24 juillet 1944 et fera partie du convoi qui arrivera le 19 août au camp de concentration de Natzweiler.

(1)      

Effectif recensé 98 hommes
Évadés durant le transport 6 6,12%
Décédés et disparus en déportation 38 38,78%
Rentrés de déportation 52 53,06%
Situations non connues  2 2,04%

                              

C’est un transport parti de Brest le 20 juillet et qui s’arrête souvent subissant quotidiennement les opérations militaires des troupes alliées et des groupes de résistants.

Les dix détenus de la prison Pontaniou de Brest sont réunis dans un wagon rattaché à d’autres wagons chargés de munitions et de matériel militaire. Six d’entre eux réussiront à s’évader entre Brest et Poitiers. A  la gare de La Roche-sur-Yon, Gaston d’Hostel  est embarqué dans ce train. C’est un long périple qui commence : 50 détenus sont embarqués à La Rochelle, 15 à Poitiers. Le train ne quittera Poitiers que le 12 août et traversera Tours, Bourges et Nevers pour s’arrêter à Dijon  le 18 août où 19 déportés rejoindront les autres.

Le train arrivera à la gare de Rothau le lendemain, un mois après le départ de Brest.

Parmi les mouvements les plus représentés, la majorité des résistants qui rejoignent ce transport à La Rochelle sont des membres de l’Organisation Civile et Militaire de la  Charente-Maritime et 7 militants vendéens des Francs-Tireurs et Partisans embarqués à Poitiers.

Une partie importante de ce transport (62 hommes) quitte à la fin du mois le camp de Natzweiler pour le kommando de Schömberg où mourront 7 d’entre eux. Les déportés invalides sont évacués le 7 avril 1945 vers le camp d’Allach dans un transport à la mortalité fort importante. Les autres restent au camp et le quittent le 17 avril dans «une marche de la mort» surveillée par les SS.

Gaston d’Hostel avait été transféré au camp de Dachau début septembre 1944. Il y est décédé le 8 février 1945. Une rue de la ville des Sables-d’Olonne porte le nom de Gaston d’Hostel.

(1) Sources principales : Livre Mémorial des Déportés de France